Fermeture de FECIT par Administrateur

 

Les anti-mariage pour tous sont bien sympathiques mais me semblent rester prisonniers d'un cadre de pensée qui les condamne d'avance. En effet en quoi des chrétiens mariés chrétiennement peuvent-ils se sentir menacés par une loi rendant le mariage civil ouvert à tous? La république peut faire et défaire ses propres lois. Elle peut décider légale l'union d'un veau, d'une vache et d'un cochon, d'une machine à coudre avec une table de dissection. Ces lois n'ont aucune valeur pour ceux qui estiment qui le seul mariage qui compte est celui célébré par le prêtre devant Dieu. Considérer que le mariage entre des personnes de même sexe est illégitime c'est admettre a contrario la légitimité du mariage civil qui n'en a pas plus. C'est ce même raisonnement qui amène les catholiques à admettre le divorce parce que la république l'autorise. Certains catholique poussent même le bouchon républicain au point de réclamer un référendum. La belle idée que voilà. Ainsi donc ce qui pour eux serait une dénaturation du mariage si la loi passait en l'état, deviendrait la meilleure loi du monde si le peuple la voulait telle en l'approuvant. C'est le miracle opéré par la volonté générale. Voilà encore une belle soumission au mode de penser de l'autre, c'est s'empêcher dans un cadre qui ne serait aps le cadre républicain. La république peut faire ce qu'elle veut de ses propres lois. C'est elle que cela regarde. Ce sont ses lois pas les nôtre. Les chrétien obligés de passer devant le maire peuvent par leur attitude absente et exaspérée, par leur habillement ostensiblement quelconque, par l'absence de toute assemblée, manifester le plus profond mépris qu'ils ressentent devant cette bouffonnerie que la loi leur impose. Je pense même qu'ils peuvent le dire explicitement.

Une question de cohérence par Gutierrez-Damville le 15-02-2013 (23:42:54)

 

 

Fecit © 2011